Emblèmes 

Traditions

 


Penne des étudiants liégeois
le 15e jour, avril 2004 n°133

Le ban Liégeois

Le ban est lancé par le Grand-Maître ou, à défaut, par son représentant, et repris en chœur par l'Assemblée, en signe de ralliement ou pour faire honneur à la personne à laquelle il est dédié. 
Précisons que le ban liégeois a vu le jour à l'Union en 1926, dans sa forme actuelle. Un élément du folklore qui lui est dû, sans que nul n'en sache rien ! 
Dans les Guindailles de l'Ordre, il suit directement dans la foulée le Valeureux Liégeois. Il marque la fin de la séance, et donc le commencement de la roulade.

- A-s' veyou - L'Torè !

- Est-i bê ? - Awè !

- Ki magne-t-i ? - Dès porês !

- Ki beût-i ? - Dès pèkèts !

- Ki fèt-i ? - Dès p'tits vês !

- En a-t-i ? - Awè !

- Kimin sont-èlles ? - Hénaurmes !

Suit alors la fameuse chansonnette où les mains remuent en mesure, comme celles d'un marionnettiste :
- La la la la La la la la la . . .

L'initiateur peut alors (facultatif) lancer le ban de clôture :


- Et co'n fèye po nin l'rouvî . . . - Allons Lîdge !

.

.